FR EN
FR EN

Actualité sécurité | Afrique de l’est

Newsroom | 14 février 2020

Kenya :

La situation sécuritaire au Kenya est sérieuse, en dépit d’une image encore très touristique.

Si les grands parcs du sud et du centre sont relativement surveillés et les visites organisées sans souci, les déplacements vers la vallée du Rift (nord-ouest) doivent être planifiés avec rigueur et les confins somaliens (risque terroriste) et les zones frontières avec le Soudan du sud et l’Ethiopie (conflits tribaux) systématiquement évités. De même, un séjour sur la côte de l’océan indien, y compris Mombasa, implique une vigilance soutenue (choix de l’hôtel, des lieux de visites etc…), des incursions des milices Al Shaabab ayant été répertoriées à de nombreuses reprises.

La délinquance routière et la piraterie maritime rendent tout déplacement potentiellement exposé et ce dernier devra être confié à un professionnel reconnu.

Ethiopie :

En matière de sécurité, l’Ethiopie offre un paysage très contrasté. La carte qui figure sur la page dédiée du site « Conseils aux voyageurs » du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères en témoigne : un noyau de « vigilance renforcée » entouré de deux zones « déconseillées » et « formellement déconseillées ».

A Addis Abeba, les précautions habituelles d’une métropole à forte activité et fort courant d’affaires doivent être prises (choix des lieux, des moments, des attitudes). Les sites touristiques centraux sont accessibles sans souci dès lors qu’on s’y rend de manière organisée. En revanche, une excursion vers les monastères du nord (Debré notamment) ou vers la dépression des Danakils devra être plus encadrée. Enfin, les confins avec la Somalie (risque terroriste), les frontières avec le Soudan, le Soudan du sud et l’Erythrée (conflits tribaux) doivent être absolument évités.

Une mention spéciale est effectuée par l’ambassade de France à Addis Abeba quant aux « agences de voyages » non habilitées (ou non équipées) qui proposent des treks « extrêmes » dans le Dallol et vers le volcan du Erta Ale : en raison des conditions climatiques plus qu’exigeantes, ces derniers sont déconseillés aux enfants et aux personnes cardiaques. Il convient de s’assurer que l’opérateur dispose d’un téléphone satellitaire, de vivres et d’eau et d’au moins deux véhicules en bon état.

Somalie :

Le site internet « Conseils aux voyageurs » du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et clair quant à la Somalie : Tout déplacement, sur l’ensemble du territoire somalien, où la situation demeure extrêmement dégradée, reste formellement déconseillé ; il en va de même pour les eaux territoriales et le golfe d’Aden.

Il importe cependant de distinguer divers situations régionales que la carte ci jointe peut aider à appréhender.

  • La capitale, Mogadiscio, n’est que partiellement contrôlée par le gouvernement légal. L’action des différentes milices y est anarchique et aléatoire.
  • Le centre et le sud du pays, y compris la proximité de la capitale, est sous la coupe des milices Al Shaabab, et tout occidental y est immédiatement en danger.
  • Le Puntland, pointe du pays sur la mer rouge, demeure également une zone délétère sans autorité, où milices tribales et groupes islamistes (apparition récente de Daech) cohabitent ou s’affrontent. Les provinces du nord-est sont également le plus haut-lieu de refuge des pirates opérants dans la zone.
  • Le Somaliland, voisin de Djibouti offre une apparence de stabilité plus importante. Aucun attentat de nature terroriste n’y a été signalé depuis près de dix ans, mais les confins est (avec le Puntland) sont depuis quelques semaines l’objet d’incursions suspectes. L’axe routier Hargeisha-Berbera doit être emprunté de manière sécurisée (escorte, circulation en convoi). Comme à Mogadiscio, il est recommandé de s’assurer que les lieux fréquentés (hôtels, restaurants, bars) sont suffisamment sécurisés : sas à l’entrée rigoureusement fermés, gardes armés, murs d’enceinte, issues de secours facilement accessibles.

Un rappel : c’est l’ambassade de France à Nairobi (Kenya) qui a compétence pour la Somalie, notre poste diplomatique sur place étant fermé.


Avant tout déplacement à l’étranger, Geodesk vous conseille de consulter le site « Conseils aux voyageurs » du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, qu’il s’agisse des « dernières minutes » en page d’accueil ou des « fiches pays » qui détaillent non seulement les informations relatives à la sécurité mais aussi aux conditions sanitaires, d’entrée et de circulation etc…
N’oubliez pas, non plus, de vous inscrire sur le fil d’Ariane, appli web qui permet au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de savoir à l’instant T quels Français sont présents dans un pays donné en cas d’urgence.

Pour toute question spécifique, n’hésitez pas bien sûr à nous contacter, nous effectuerons pour vous une recherche adaptée à vos besoins.

Article suivant Article précédent

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

elit. libero. lectus sed velit, Sed